CÉAS de la Mayenne
29, rue de la Rouillère
53000 Laval
Tél. 02 43 66 94 34
Mél. ceas53@wanadoo.fr

Gens du voyage

Ce fut une expérience qui a réussi. La Mayenne : terre d'accueil des Gens du voyage

Dans les années 1960, la Mayenne accueille un préfet, Lucien Vochel, qui s'intéresse aux conditions de vie des Gens du voyage. En 1964, à son initiative, des Gens du voyage se réunissent à la Préfecture pour exprimer ce qu'ils ressentent et ce qu'ils veulent. Dans la foulée, le préfet œuvre entre autres pour la création d'un terrain d'accueil. Ce sera la Jaunaie, à Laval, dont plus de vingt ans plus tard, Lucien Vochel dit que "c'est la seule expérience qui ait réussi en France".

 

Été 2010 : Roms, amalgames et discrimination

Juste après les événements qui ont marqué l'été 2010, Bernard Cossée, président de l'Association mayennaise d'action auprès des gens du voyage (AMAV), livre ici une analyse très fouillée des événements qui se sont déroulés en France.

 

Battements du cœur et abattement de l'âge. Alice Ferney : Grâce et dénuement (Actes Sud, 1997)

Dans son troisième roman, publié en 1997 chez Actes Sud, Alice Ferney nous prend par la main et nous invite à la rencontre de femmes et d’hommes… au bord de tout.

 

"La haine, ça trouve son chemin tout seul". L'été des Gitans, de Sylvie Fournout (2013)

Le roman, L’été des Gitans, n’a pas la puissance ethnographique de Grâce et dénuement (Alice Ferney, 1997), mais il nous en raconte beaucoup également sur les Gens du voyage – plus précisément sur les Gitans qui viennent d’Espagne comme travailleurs saisonniers (pour les vendanges), et sur le rejet, et quelquefois la haine, dont ils font l’objet par des gens du pays.

 

Un contrôle de gendarmerie peut vous conduire à l'ONU. La France, désavouée, va devoir modifier sa loi de 1969

Nous sommes le 29 février 2004 à Mézeray, dans la Sarthe. Claude Ory, qui est né en 1980 à Château-Gontier, circule en camion. Il fait l’objet d’un contrôle de gendarmerie. Il n’a pas d’assurance pour son véhicule et son carnet de circulation aurait dû être visé depuis moins de trois mois. Claude Ory fait effectivement partie de la communauté des gens du voyage et il est soumis à la loi du 3 janvier 1969 relative à l’exercice des activités ambulantes et au régime applicable aux personnes circulant en France, sans domicile ni résidence fixe. Claude Ory se doutait-il alors que cette affaire connaîtrait le Tribunal de police de La Flèche, la Cour d’appel d’Angers, la Cour de cassation, la Cour européenne des droits de l’homme, puis, enfin, le Comité des droits de l’Homme à l’Organisation des Nations Unies (ONU) ?