CÉAS de la Mayenne
29, rue de la Rouillère
53000 Laval
Tél. 02 43 66 94 34
Mél. ceas53@wanadoo.fr

 

ACTUALITÉS

<< <  Page  2 sur 43  > >>

04/01/2019
03/01/2019

Population municipale des communes mayennaises de 1990 à 2016 (source : Insee - Traitement : CÉAS de la Mayenne)

Population municipale des communes mayennaises de 1990 à 2016, par communauté d'agglomération ou de communes.

 

 

 

03/01/2019

Un guide pour "naviguer" sur le site de l'Insee (02/01/2019)

On devrait pouvoir utiliser le site Internet de l'Insee surtout pour accéder aux données statistiques disponibles, et en particulier aux résultats des recensements de population. Là, il faut vraiment trouver ses repères ! Accéder aux données dont on a besoin est parfois bien compliqué...

Pour faciliter l'appropriation du site, le CÉAS a conçu un guide qui évitera sans doute à beaucoup de tâtonner pendant un bon moment...

 

 

 

31/12/2018

Littérature : Amos Oz est décédé le 28 décembre

Amoz Oz, célèbre écrivain israélien, ardent défenseur de la paix dans le conflit israélo-palestinien, est décédé le 28 décembre. Dans La Lettre du CÉAS n° 346 de janvier 2018, Michel Ferron présentait Judas, publié chez Gallimard en 2016 : "Un roman métaphorique avec comme toile de fond Israël en 1959".

 

 

 

 

31/12/2018

Accéder à l'ensemble des CÉASsement vôtre !

Estimations au 1er janvier 2016 : à 127 habitants près…

Au 1er janvier 2016, la Mayenne compte officiellement 307 688 habitants. Sur un an, le département en a perdu 252. Début 2018, l’Insee a publié des estimations pour les années 2016, 2017 et 2018 (1). Pour la population au 1er janvier 2016, l’Insee annonçait 307 561 habitants. Le chiffre officiel est donc supérieur aux estimations avec 127 habitants en plus.

Au 1er janvier 2017, l’Insee prévoyait 307 014 habitants et, au 1er janvier 2018, la population basculait nettement sous les 307 000 habitants (306 323).

Fort des nouvelles données du recensement au 1er janvier 2016, et avec également la connaissance de l’état civil (naissances et décès) jusqu’à fin 2018, l’Insee va prochainement ajuster ses estimations. Il restera toujours un élément difficilement prévisible : les entrées / sorties du département (migrations).

__________

(1)- Cf. « Un “sursis” de quelques années », La Lettre du CÉAS n° 346 de janvier 2018 (page 11).

28/12/2018

Accéder à l'ensemble des CÉASsement vôtre !

Stagnation… descendante pour la Mayenne ?

« La population du département stagne », titre Ouest-France dans son édition du 28 décembre 2018. Le quotidien a raison : la Mayenne n’a gagné « que » 657 habitants entre le 1er janvier 2011 et le 1er janvier 2016, soit sur un cycle de cinq ans.

Les chiffres de population restent approximatifs et de légères variations d’une année sur l’autre ne sont pas nécessairement significatives. Au demeurant, en variation annuelle, force est de constater que la population mayennaise a diminué sur l’année 2015 : – 252 habitants, soit – 0,08 % sur un an. Ce qui nous donne 307 688 habitants au 1er janvier 2016.

Il faut maintenant attendre une année pour savoir si cette baisse marque ou non une rupture. Rappelons que la Mayenne a franchi le cap des 307 000 habitants sur l’année 2010 (population au 1er janvier 2011), et celui des 300 000 habitants sur l’année 2006 (population au 1er janvier 2007).

24/12/2018

Accéder à l'ensemble des CÉASsement vôtre !

Faire disparaître les Ehpad ? Trouver une argumentation plus solide…

Dans les Actualités sociales hebdomadaires n° 3089 du 21 décembre 2018, le sociologue Bernard Ennuyer répond à trois questions de Nathalie Auphant. Si les propos recueillis sont strictement fidèles, Bernard Ennuyer a un avis très tranché sur les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) : il déclare militer pour leur disparition, mais sans être pour autant un fervent partisan du maintien à domicile. L’alternative, selon lui, est le domicile collectif qui « permet de mutualiser les moyens ».

Cependant, difficile de suivre l’argumentation du sociologue : « Toutes les études, soutient-il, ont montré que les résidents prennent dix médicaments par jour en moyenne ; cela signifie qu’il y a de la iatrogénie [maladie provoquée par des médicaments], ce qui amène ainsi à penser que l’Ehpad coûte relativement cher pour un service de mauvaise qualité ».

Les résidents en Ehpad ont un médecin traitant et recourent à des médecins spécialistes qui ont également des patients vivant à leur domicile. Comment peut-on penser que des professionnels de santé prescriraient plus de médicaments parce que leur patient est en Ehpad et non à son domicile ? Ce sont les soucis de santé qui génèrent à la fois l’entrée en Ehpad et la prescription de plus de médicaments… Ce n’est pas d’abord parce qu’une personne est en Ehpad qu’elle aura, d’emblée, plus de médicaments.

Le cas échéant, c’est le procès de la sur-médication qu’il faut faire – surtout chez les personnes les plus âgées –, et non celui des Ehpad. Ou alors il faut trouver d’autres arguments.

20/12/2018

La Lettre du CÉAS n° 357 de décembre 2018 arrive dans les boîtes aux lettres postales et/ou électroniques de tous nos abonnés...

Dans ce numéro, entre autres, la première partie d'un dossier "Le travail dans la littérature jeunesse" : "Comment parler du travail aux enfants ? I) Favoriser l'identification du lecteur"...

Pour commander ce numéro : Bon de commande

 

 

 

14/12/2018

La dépression : à voir, à lire, à découvrir... (MAJ : 14 décembre 2018)

 

 

 

 

 

13/12/2018

L'autisme : à voir, à lire, à découvrir... (MAJ : 13 décembre 2018)

 

 

 

 

 



<< <  Page  2 sur 43  > >>