CÉAS de la Mayenne
29, rue de la Rouillère
53000 Laval
Tél. 02 43 66 94 34
Mél. ceas53@wanadoo.fr

 

Découvrir les quiz précédents

 

ACTUALITÉS

Page  1 sur 58  > >>

17/08/2022

La Lettre du CÉAS n° 401 d'août arrive ou va arriver dans les boîtes aux lettres électroniques et/ou postales de tous nos abonnés... 

Au sommaire, entre autres, ce mois-ci :

Histoire et patrimoine : Les Mayennais aux actualités régionales ou nationales

Revenus et salaires : 40,9 % des 171 684 foyers fiscaux sont imposés en Mayenne (revenus 2020)

 


 

Abonnement à La Lettre du CÉAS et/ou adhésion à l'association

16/08/2022

La mort et le deuil : des albums enfance et jeunesse (août 2022, 21 pages)

Ce dossier présente une trentaine d'albums parus ces trente dernières années pour expliquer la mort aux enfants ou aux adolescents, et aider à faire son deuil. Les auteurs et illustrateurs rivalisent d'imagination pour à chaque fois se différencier et innover. Tout l'art est ici d'expliquer les choses de la vie – donc la mort – le plus simplement possible, avec un ton adapté à l'âge du lecteur, sans tomber dans l'infantilisation. Certains auteurs mettent en scène des animaux, mais d'autres abordent plus frontalement la mort pour celle d'un proche, une petite soeur, une maman, une grand-mère ou un grand-père. Il arrive que la Mort s'invite elle-même dans un album...

 

 

12/08/2022

Être député(e), de l’Assemblée nationale à la circonscription. Palais Bourbon, de Kokopello (Dargaud/Seuil, 2021)

Les 577 députés de l’Assemblée nationale siègent au Palais Bourbon. Qu’est-ce que le grand public sait de ces femmes et de ces hommes, sinon que leur place est souvent vide dans les rangs de l’hémicycle, qu’ils occupent leur temps à « twitter » ou alors à invectiver leurs adversaires politiques… ou bien, sur le « terrain », à couper des rubans ou remettre des coupes, ou encore à jouer aux assistants de service social ?

 

 

 

11/08/2022

CÉAS-point-com d'août 2021

Les CÉAS-point-com d'août 2021 sont en ligne...

11/08/2022

Treize saisons en Championnat de France de première division. Le Stade lavallois – Une histoire, de Michel Jouneaux (Siloë, 1994)

En 2022, le Stade lavallois omnisports fête son 120e anniversaire. C’est l’occasion de replonger dans l’histoire de ce club prestigieux. Les premières recherches peuvent être rapides puisque le Stade lavallois a eu son historien, en 1994, avec Michel Jouneaux, qui fut directeur départemental des sports à Ouest-France. Le livre est épuisé et une réédition n’est pas au programme. C’est que l’ouvrage de 222 pages, aussi rigoureux soit-il, est loin d’être un panégyrique !

 

 

09/08/2022
08/08/2022

Accéder à l'ensemble des CÉASsement vôtre !

Prime de partage de la valeur : deux « pour » et une abstention…

Les mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat incluent l’évolution de la « prime Macron » vers une « prime de partage de la valeur ». Le principe sera le même : une prime exonérée de cotisations sociales et non soumise à l’impôt sur le revenu. Le projet de loi prévoit la possibilité d’un plafond trois fois plus élevé que la prime antérieure.

Oui, il s’agit d’un plafond de prime, et non d’une prime moyenne pour l’ensemble des salariés du privé. Oui, il s’agit d’une prime très particulière, mais d’une prime tout de même. Oui, il s’agit de « mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat » ; non, il ne s’agit pas d’un projet de loi sur la politique salariale ou sur la taxation des très hauts revenus.

Le député des Bouches-du-Rhône, Pierre Dharréville (Gauche démocrate et républicaine / Nupes) a qualifié cette prime pouvant aller à 3 000 euros, voire dans certains cas à 6 000 euros, par année civile et par salarié, à un « pourboire sponsorisé par l’État ». De la part d’un député qui perçoit chaque mois une indemnité de près de 5 700 euros net (plus les avantages matériels et crédits pour la rémunération des collaborateurs), c’est vrai, c’est un « pourboire ». Pour une entreprise, pour une association, pour un salarié « de base », cela s’appelle plutôt une « opportunité ».

D’aucuns y ont vu une remise en question de la protection sociale comme cette prime ne donne pas lieu à cotisations sociales. Mais ceux qui vont la percevoir ne vont pas forcément l’utiliser pour épargner. Ils vont consommer… et donc contribuer à alimenter l’économie.

Nombreuses sont les entreprises – et donc les associations – qui n’ont pas aujourd’hui les ressources pour augmenter les salaires. Alors, plutôt que de mettre en péril des entreprises, des associations, cette prime n’est-elle pas une réelle possibilité pour elles de soutenir, de récompenser leurs salariés en leur versant une prime de partage de la valeur si cela leur est budgétairement possible ? L’avantage de cette prime est également qu’elle n’entre pas dans les avantages acquis et peut ainsi se remettre en question en fonction des résultats d’une entreprise ou d’une association.

Mais c’est vrai, annoncer qu’on préconise une augmentation du Smic de plusieurs centaines d’euros – comme les partis d’extrême droite ou d’extrême gauche –, cela peut paraître séduisant pour des salariés. C’est complètement démagogique ! Toutes les entreprises, toutes les associations ne visent pas à exploiter leurs salariés ; ce ne sont pas non plus des « vaches à lait » ; elles ne peuvent redistribuer que ce qu’elles gagnent.

En Mayenne, en première lecture à l’Assemblée nationale, Géraldine Bannier (Démocrate – MoDem et Indépendants) et Yannick Favennec-Bécot (Horizons et apparentés) ont voté pour les mesures d’urgence. Guillaume Garot (Socialistes et apparentés / Nupes) s’est abstenu.

12/07/2022

Les relations homme/animal à travers les siècles. De la "machine" à l'animal familier...

Les représentations de l’animal, individuelles ou collectives, évoluent différemment selon chaque culture et chaque époque. L’approche thérapeutique par la médiation animale (ou « zoothérapie » comme on la nomme au Québec) est elle-même le fruit d’un long cheminement…

 

 

 

 

08/07/2022

Accéder à l'ensemble des CÉASsement vôtre !

Ce qu’il vaut mieux ne pas lire dans Ouest-France

« Ce que vous ne pouviez pas entendre à la télévision… », titre Stéphane Vernay dans Ouest-France du 7 juillet 2022. C’est du discours de politique générale d’Élisabeth Borne à l’Assemblée nationale dont il est question.

Il faut espérer que les lecteurs de Ouest-France n’auront pas lu ce « reportage ». C’est affligeant ! Pas le travail du journaliste, non ; ce qu’il relate… On ne peut même pas écrire qu’on se croirait dans une cour de maternelle : les enfants sont sûrement plus policés… Et cela durera tant que les jeunes générations ne comprendront pas que les séances à l’Assemblée nationale, c’est tout de même mieux joué que n’importe quelle émission, parmi les plus débiles, de téléréalité.

Retenons simplement quelques familles de mots parmi le reportage de Stéphane Vernay : chahut, hostilités, railleries, moquerie, échauffement des esprits, banalités, esclaffement, hurlements, brouhaha, hypocrisies, charivari…

Voilà à quoi jouent des députés – bien payés au demeurant et avec nos impôts – quand la planète doit faire face au défi du réchauffement climatique, à l’invasion de l’Ukraine, à la reprise des contaminations liées au Covid-19, à la pénurie de main d’œuvre dans moult secteurs d’activité…

Bravo également à Mohamed Badra qui illustre l’article avec la photo de cinq députés. Alexis Corbière (LFI) vocifère, tandis que l’un de ses collègues, juste derrière, s’occupe avec son smartphone.

Les même s’étonneront du désintérêt des Français pour la politique, de l’irrespect vis-à-vis des élus, de l’abstentionnisme…

Est-il si utopique d’imaginer une société où l’exercice de la politique commence par le respect de l’autre ?

Dans la même édition de Ouest-France, on lit que Guillaume Garot, député socialiste mayennais, considère que le Rassemblement national « reste dangereux pour notre démocratie ». Sérieusement, ce parti d’extrême droite a-t-il à lui seul l’apanage de la dangerosité ?

06/07/2022

À 9 ans, ne pas savoir nager et découvrir un lourd secret… Comme un poisson dans l’eau, d’Adam Baron (2021)

Ce récit de Cymbeline Igloo, 9 ans, est écrit à la première personne. Il est recommandé aux enfants à partir de 8 ans… mais il n’est pas interdit aux adultes ! L’auteur, Adam Baron, acteur, humoriste, journaliste et professeur de littérature à l’université Kingston, à Londres, a su retraduire la gentille naïveté de Cymbeline. Le roman Comme un poisson dans l’eau est souvent drôle ; il est plein d’humour et de situations cocasses ; et pourtant, très vite, on ressent qu’il existe un très lourd secret de famille.

 

 



Page  1 sur 58  > >>